2008 // TAMULA

Projet Urbain  autour du lac de Tamula 

VORU, Estonie

Ce diaporama nécessite JavaScript.

_______________________________________________________________________________________________________________________________________

MOA     Ville de Voru

PROGRAMME     Complexe touristique (hotel Spa et équipement sportif)  et opération de logements 

SURFACE     30 000 m²

COÛT DU PROJET     

ETAT     Concours Août 2008/ Mention honorable -4ème prix (38 participants)

ARCHITECTE     Ilham LARAQUI & Marc BRINGER

_______________________________________________________________________________________________________________________________________

PROJET URBAIN

L’ esplanade est l’axe central de notre projet. C’est la continuité urbaine de l’axe nord-sud de la ville.La ville trouve une nouvelle limite urbaine, un nouveau cadrage sur le paysage lointain et une nouvelle centralité.L’idée maîtresse est de créer une forte densité pour conférer au lieu une qualité de centre ville. Les bâtiments contenant les bureaux représentent le couronnement de l’esplanade. Ce sont eux qui dirigent le passant vers la plage ou le centre ville. Ils abritent les entrées des commerces et des lobbies des bureaux, de la piscine, du spa, des tennis et de l’hôtel.Ils portent les couleur de la ville, les couleurs traditionnelles vives et chatoyantes qui rendent l’esplanade plus vivante. Toutes ces activités se divisent pour permettre au regard de percevoir les jardins. Elles occupent le plus possible le centre de l’esplanade par des terrasses de bar-restaurant, des affiches, des sorties de parking, des logos en façade…

CONTINUITE URBAINE

L’esplanade est la prolongation directe de la rue Vadabuse, une des rues les plus importantes de Voru. Elle devient par sa position un début et une fin à la rue. Elle lui
confère un statut plus important de part sa situation ainsi que par les programmes qui la constituent.

THEATRALISATION

Le nouveau coeur de quartier offre un cadrage sur le paysage lacustre et en même temps sur une série de statue. Cette théâtralité donnée à un espace public n’est pas sans rappeler celle de tous les espaces classiques. Elle permet de remettre l’art au centre de la ville, au centre de la vie.

RAPPORT A LA NATURE

Les deux îlots ouverts contiennent des espaces verts, un jardin public et des jardins privatifs. Ils sont orientés vers les espaces verts environnants, repoussant ainsi les limites de notre site. Le grand jardin public est divisé en deux par l’esplanade. Les jeux de transparences en rez-de-chaussée des bâtiments crées permettent de conserver une grande continuité visuelle et physique entre les deux parties du jardin.

TRAVERSEES PUBLIQUES

Une grande importance est donnée a la place du piéton. ainsi, nous avons mis en place un réseau de cheminements  » verts  » piéton et vélo qui traverse le site de long en large, passant a travers les îlots ouverts. des cheminements transversaux qui partent de Vee street au nord-ouest jusqu’à la plage. des cheminements latéraux qui vont de Tartu street a la nouvelle voie résidentielle du projet au sud-est du site.Tous ces petits axes sont en continuité avec les axes pratiques a l’heure actuelle, depuis le parc de Kreutzvald jusqu’au bas de la ville au sud ou depuis l’église Sainte Catherine et la place du centra ville jusqu’à la grande plage de Tamula.

Gradation du jardin public aux jardins prives
Toutes les maisons en bande installées en bordure de jardin public possèdent leurs jardins prives. L’ interpénétration des deux engendre un très grand espace vert qui rend la continuité du jardin public avec le parc de Kreutzvald plus évidente.

SCULPTURES SUR LE SABLE

Habituellement, la sculpture est présentée sur un socle, abstrait du monde réel, sacralisée. les sculptures que nous proposons d’installer sont posées a même le sol. elles sont
sur l’esplanade, sur l’herbe du jardin, sur le sable. des corps magnifiques qui exposent leur beauté en permanence sur la plage de Tamula.
Les statues que nous avons intégrées dans le projet sont signées Aristide Maillol. elles ont été installées en 1965 dans le jardin des tuileries a paris a l’initiative d’ André
Malraux. ces statues nous ont beaucoup inspire car elles incarnent la douceur et l’élégance que nous recherchons dans le projet. elles figurent évidemment a titre indicatif
dans notre projet. libre a la ville de Voru ou à l’architecte en charge de l’aménagement du nouveau quartier de choisir un artiste qui sache donner de la valeur aux nouveaux espaces publics.